Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 08:14

chartreuse-2009Anne Labourdette, conservatrice et directrice du musée de la Chartreuse à Douai, nous a accordé un entretien dans lequel elle revient sur la valorisation du récolement décennal via Joconde et sur les projets de l'association régionale des conservateurs des musées de Nord-Pas-de-Calais en matière d'informatisation et de mise en ligne des collections.

 

 


© Musée de la Chartreuse de Douai, 2009, B Gully

 

Vous avez récemment coordonné la mise en ligne sur Joconde de l'exposition virtuelle "Découvertes dues au récolement décennal au musée de la Chartreuse" : que représente pour vous cette mise en ligne ?
Il s'agit de valoriser le récolement décennal des collections et de mettre en lumière la réalité du terrain à laquelle sont confrontés les musées. Cette opération de longue haleine, objet d'un travail souterrain, est souvent méconnue des publics ou des institutions. Pour nous, personnels scientifiques, le récolement est un chantier fondamental pour acquérir et consolider une connaissance parfaite des collections muséales qui nous sont confiées. Le défi est de mener à bien cette mission d'étude et de vérification en parallèle à toutes les autres activités du musée.
Pour le musée de la Chartreuse à Douai, publier les découvertes issues du récolement sur Joconde est allé de soi, suite à la proposition du bureau de la diffusion numérique des collections. En effet, cette exposition virtuelle répond à deux nécessités récurrentes : celle d'informer le public et celle de fournir aux élus locaux des données quantitatives et qualitatives sur les collections. De façon très légitime, les collectivités territoriales qui sont propriétaires de ces biens culturels et l'Etat, représenté par la Direction régionale des affaires culturelles qui nous apporte un grand soutien, estiment que nous leur sommes redevables de ces informations capitales : qu'avons-nous ? que n'avons-nous plus ? et pourquoi ?

En effet, vous mettez l'accent dans cette exposition virtuelle sur le grand nombre d'objets détruits ou disparus. Comment avez-vous pu documenter cette situation ?
Les collections du musée de la Chartreuse ont connu de grands bouleversements, notamment du fait des deux guerres mondiales. Il s'agit d'une réalité partagée par de nombreux musées de la région Nord-Pas-de-Calais. En outre, il faut savoir que plus de 85 % des œuvres du musée de la Chartreuse sont en réserves. Leur identification et leur étude sont difficiles. Elles n'ont pas toutes fait l'objet de restauration, même si des campagnes de récolement ont eu lieu dès les années 1980. Les opérations de récolement actuelles nous mettent face à un incessant questionnement et nous mettons tous les jours notre plan de récolement décennal à l'épreuve de cet héritage du passé.
De façon assez extraordinaire, les archives du musée de la Chartreuse, et particulièrement les précieux inventaires des collections, sont parvenus jusqu'à nous, quasi intacts. Sans doute, nos prédécesseurs, conscients de l'importance de leur sauvegarde, les ont conservés dans des bureaux occupant une autre partie des bâtiments. Nous pouvons donc croiser les informations et remettre en perspective les sources documentaires afin de tirer les conclusions qui s'imposent sur nos collections, au fil du récolement, domaine par domaine.
Ces inventaires papier font l'objet d'une saisie exhaustive dans la base de données qui a été entreprise par mes prédecesseurs, et notamment Françoise Baligand, à qui je rends personnellement hommage. Je m'y attelle personnellement chaque année au mois d'août lorsque l'actualité professionnelle est plus calme. Ainsi, une large part des registres a pu être saisie par l'équipe et la question de faire appel à un prestataire de saisie externalisée ne s'est pas posée, notamment en raison du surcroît de travail qu'auraient représenté pour nous son recrutement et son encadrement.

Sur quel format de notice avez-vous décidé d'axer cette saisie en masse ?
Pour que ce ne soit pas trop fastidieux, nous avons opté pour une saisie succincte, domaine par domaine, ce qui permet de suivre l'avancement des campagnes de récolement. Ce travail est facilité par la bonne tenue des registres, la qualité et la complétude des dossiers d'œuvres qu'avaient organisés mes prédécesseurs. Jusqu’à 2008, le parti pris était de ne conserver que des notices minimales. Aujourd’hui, j’essaie de les enrichir systématiquement (description, provenance, état, etc), mais un travail d’importance nous attend à ce sujet.
Quoi qu'il en soit, la saisie des collections de beaux-arts et d'archéologie est achevée. Nous allons pouvoir communiquer à la Drac les procès-verbaux des campagnes de récolement d'archéologie et de dessin au mois d'avril et reverser dans la foulée sur Joconde les œuvres récolées.

A ce sujet, quelle est la stratégie de mise en ligne des collections par votre musée et ceux de la région?
Musenor, le site de l'association des conservateurs des musées de Nord-Pas-de-Calais met en œuvre depuis 1999 une base de données régionale. En tant que membre du conseil d’administration de cette association, je suis chargée avec ma collègue Célia Fleury (responsable du développement des musées thématiques, Conseil général Nord-Pas de Calais, Direction de l’Action Culturelle) de superviser le travail mené sur la base régionale. Avec la webmestre de Musenor, nous avons décidé de donner un nouveau souffle au partenariat qu'entretiennent de longue date Musenor et Joconde. Nous réunissons à la fin du mois de mars nos collègues afin de bâtir ensemble un calendrier de reversements couplés sur les bases régionale et nationale. Nous ferons valider ce programme par le bureau de la diffusion numérique des collections. Quoi qu'il en soit, les musées du Nord-Pas-de-Calais et les responsables Joconde auront une seule interlocutrice : la webmestre de Musenor qui gèrera les exports de données. En ce qui concerne le musée de la Chartreuse, j'envisage un versement mensuel.

Quels sont vos autres projets régionaux en faveur des collections en ligne ?
Le projet Guerres et Paix de l'association s'accompagnera sur Musenor d'une mise en ligne rationnalisée des œuvres disparues dans le contexte de la Première guerre mondiale. Cela va nous mobiliser jusqu'en 2018 et au delà pour les autres conflits.
Dans un premier temps, nous souhaitons mettre en ligne en 2014 tous les objets ou œuvres liés à la première guerre mondiale et conservés dans les musées du Nord-Pas-de-Calais. En 2018, nous souhaiterions que tous les objets ou œuvres liés à la thématique générale « Guerres et Paix » soient accessibles aux internautes.
Enfin, nous réfléchissons en ce moment à la création d’une entrée spécifique sur la base présentant les œuvres disparues des musées de la région pendant les guerres, car certaines d’entre elles sont bien documentées.
Enfin, suite à la suggestion de Laurent Manœuvre, chef du bureau de la diffusion numérique des collections, nous allons investir les réseaux sociaux pour proposer une interface d'indexation collaborative, à l'image de ce que font plusieurs centres d'archives départementales. Les propositions de contribution des internautes sur nos corpus mal identifiés seront modérées par notre webmestre. Cela devrait être effectif fin 2013.

Quelle idée force retenez-vous de l'expérience que vous avez capitalisée en matière d'informatisation et de publication des collections ?
Ce que je retiens est qu'on ne peut avancer sans une équipe soudée, dont les tâches sont bien identifiées et réparties. Pour pouvoir mobiliser cette équipe, l'appui de la hiérarchie et des élus s'avère indispensable. Cela s'acquiert en communiquant inlassablement sur les projets et les enjeux du musée. Le relais officiel que nous permet le portail Joconde augmente encore cette visibilité.


En savoir plus sur le musée de la Chartreuse
En savoir plus sur le récolement du musée de la Chartreuse

Partager cet article

Repost 0
Published by Bureau de la diffusion numérique des collections - dans Les musées nous parlent
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Joconde - Portail des collections des musées de France
  • Le blog de Joconde - Portail des collections des musées de France
  • : Actualité de Joconde, portail des collections des musées de France. Catalogue de 500.000 notices d'objets, valorisées par des visites guidées (partenariat entre le bureau de la diffusion numérique des collections du service des musées de France et les musées participants). Espace professionnel : fiches-conseils consacrées à l'informatisation et à la numérisation des collections. Musées en ligne : sélection des ressources numériques muséales du monde entier.
  • Contact

Recherche