Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 10:00

 

Le projet est né au milieu des années 1970, à l'initiative de Michel Aubert, chef du bureau de l'informatique au ministère de la culture, et grâce au soutien de Roseline Bacou, conservateur au cabinet des dessins du Louvre, de Jean-Louis Hellouin de Cenival, conservateur au département des antiquités égyptiennes du Louvre, et de Claire Constans, conservateur au château de Versailles. Ces personnes voyaient dans l'outil informatique un substitut possible à l'édition papier des « inventaires des collections publiques françaises », coûteux et longs à produire.

 

Il fallait être d'une très grande clairvoyance pour imaginer l'intérêt que présenteraient ces bases de données dans l'avenir. Les outils informatiques de cette époque imposaient de fortes contraintes et restaient limités. Aussi, le projet était loin de susciter l'unanimité. Seule l'opiniâtreté a permis de surmonter, au cours des ans, les nombreuses réticences émanant de conservateurs (« A quoi ça sert ? Je les connais mes collections », ou encore : « Mes objets sont trop spécifiques »), d'administrateurs civils (« Le rapport entre les coûts générés et le peu d'interrogations des bases de données plaide pour un arrêt du projet ») ou d'experts en technologies (« Il n'existe pas d'économie liée à l'Internet, l'avenir est au cédérom »).

 

La fin des années 1970 a été employée à élaborer des grilles de description de objets, à organiser des vocabulaires, des thesaurus (par exemple le thesaurus iconographique de François Garnier) et à passer cet ensemble à l'épreuve de la réalité des collections.

 

Avec l'apparition de la micro-informatique, au début des années 1980, le devenir des bases nationales pouvait sembler compromis. Les musées allaient enfin disposer des outils nécessaires à la gestion de leurs collections. Cette gestion, jugée prioritaire par la plupart des conservateurs, reléguait la base de données au rang d'activité secondaire. D'autant que, dans un contexte de décentralisation, le concept de base nationale restait associé à une notion jacobine dépassée. Toutefois, les grilles et vocabulaires élaborés pour ces bases nationales allaient se révéler utiles, même dans un contexte de gestion.

 

Au cours des années 1990, trois étapes essentielles sont venues modifier cette situation, conforter les bases nationales et leur donner une ouverture inattendue.

La première a été le développement de modules d'export permettant d'alimenter la base nationale à partir des outils utilisés dans les musées pour la gestion des collections. Le premier test a été réalisé à partir des notices des collections de Prix de Rome de peinture de l'ensba, grâce à la contribution d'Annie Jacques, conservatrice des collections.

La deuxième a été la mise sur Minitel, en 1992, puis sur Internet, en 1995, à l'initiative de Bruno Mannoni, de la base Joconde. Les bases de données allaient rapidement connaître un succès international auprès d'un très large public.

La troisième a été le lancement, par la mission de la recherche et de la technologie du ministère de la culture, du plan national de numérisation. L'association d'images aux notices était une préoccupation depuis les origines de la conception des bases de données.

 

Comme son nom l'indique, le catalogue collectif résulte d'une synergie. Mentionner certains des acteurs qui, au fil des ans, contribuèrent à sa réalisation serait prendre le risque d'en oublier d'autres. Tout au moins peut-on énumérer quelques uns des métiers qui ont pris une part plus ou moins active à la réalisation de cette entreprise : gestionnaires de bases, informaticiens, conservateurs, documentalistes, photographes, étudiants vacataires, professeurs d'université, chercheurs, administratifs, éditeurs de logiciels...

 

Découvrez ou remémorez-vous la chronologie de la base et du site Joconde.

 

Peut-être avez-vous d'autres informations sur cette histoire. Vous souhaiteriez les porter à connaissance. Ou vous voulez simplement faire un commentaire. N'hésitez pas réagir à cet article.

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent Manoeuvre - dans Information
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Joconde - Portail des collections des musées de France
  • Le blog de Joconde - Portail des collections des musées de France
  • : Actualité de Joconde, portail des collections des musées de France. Catalogue de 500.000 notices d'objets, valorisées par des visites guidées (partenariat entre le bureau de la diffusion numérique des collections du service des musées de France et les musées participants). Espace professionnel : fiches-conseils consacrées à l'informatisation et à la numérisation des collections. Musées en ligne : sélection des ressources numériques muséales du monde entier.
  • Contact

Recherche