Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 janvier 2016 5 08 /01 /janvier /2016 07:48
Pour 2016 !

Notre équipe vous accompagne dans l'informatisation, la numérisation et la mise en ligne de vos collections. N'hésitez pas à nous contacter.

A bientôt !

Repost 0
Published by Bureau de la diffusion numérique des collections
commenter cet article
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 08:11

Au mois de janvier 2016, notre collègue Sophie Daënens quittera le bureau de la diffusion numérique des collections du service des musées de France pour la médiathèque de l’architecture et du patrimoine, où elle prendra les fonctions de responsable de la bibliothèque, pour des raisons d’ordre privé. Nous souhaitions recueillir ses impressions et informer les musées de ce changement.

BDNC : Durant ces deux années passées au sein du bureau de la diffusion numérique des collections, en tant que co-responsable de la base Joconde, vous vous êtes consacrée à la mise en ligne des collections des musées d’ethnologie, histoire, sciences et techniques. Pouvez-vous nous dire ce que vous tirez de cette expérience ?

 

Sophie Daënens : Cela a été avant tout pour moi l’occasion de découvrir des collections qui m’étaient jusqu’ici peu familières, avec une approche pluri-disciplinaire particulièrement enrichissante. Avoir travaillé auparavant pendant 10 ans dans un musée national de beaux arts et arts décoratifs m’a aidé à appréhender les enjeux et les contraintes que connaissent les musées pour la gestion de leurs collections ou l’administration de leur base de données. J’ai pu constater une grande diversité de situations sur le plan de l’informatisation : chaque musée est différent et a besoin d’un accompagnement personnalisé. Cela se vérifie jusque dans nos actions de formation, auxquelles j’ai aimé participer.

 

BDNC : Parmi les collections dont vous avez assuré la mise en ligne, quelles sont celles qui vous ont le plus intéressée ?

Sophie Daënens : Même si nous consacrons le même soin au traitement de toutes les données qui nous sont confiées, je dois reconnaître que le versement des collections de planches de botanique et de mycologie du museum d’histoire naturelle de Nice m’a particulièrement enthousiasmée. Au delà du processus d’automatisation auquel nous sommes parvenus avec l’équipe du musée pour publier ces importants corpus, ces planches d’histoire naturelle faisaient écho à des souvenirs d’enfance très précieux pour moi.

J’aimerais souligner également l’important mouvement des musées d’histoire, comme celui des hospices civils de Lyon ou le musée du Temps à Besançon, pour mettre en ligne en 2014 leurs collections liées au centenaire de la première Guerre mondiale.

BDNC : Si vous deviez émettre un souhait d’amélioration pour la publication sur Joconde ?

Sophie Daënens : Ce serait la possiblité pour un musée de visualiser, avant l’export réel, ce que donne sa notice au format Joconde. Le fait que ce besoin soit devenu une nouvelle spécification des fonctionnalités d’export Joconde développées par les éditeurs est une très bonne chose.

Dans l’attente du recrutement du nouveau co-responsable de la base Joconde, les musées peuvent bien sûr continuer à s’adresser à Jeannette Ivain.

Repost 0
Published by Bureau de la diffusion numérique des collections
commenter cet article
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 08:41
Nouvelle lettre d'information du portail Joconde

Le vingt-troisième numéro de notre lettre d'information trimestrielle est paru sur le site Joconde.

En complément des rubriques habituelles, vous pourrez lire l'article "Digital Art History : une tentative de définition", par Antoine Courtin de l'Institut national d'histoire de l'art.

N'hésitez pas à vous abonner.

Bonne lecture !

Repost 0
Published by Bureau de la diffusion numérique des collections
commenter cet article
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 12:04

Voici 6 critères d’évaluation de l’informatisation des collections de son musée : un outil utile pour faire en équipe le diagnostic éclairé de la situation. Cela permettra, si le bilan est positif, de renforcer les points forts et de pérenniser les bonnes pratiques, mais également, si le bilan est plus mitigé, voire alarmant, de définir des priorités pour coordonner le travail sur de nouveaux principes et reprendre les rênes en mains de façon réfléchie.

1) une analyse quantitative

- nombre de notices saisies,

- nombre de notices à saisir

Ces chiffres sont à mettre en rapport avec :

- le nombre d’objets inventoriés,

- le nombre d’objets à récoler,

- et particulièrement avec la date d’installation du logiciel.

Cela permettra de se rendre compte du chemin parcouru depuis que le musée est équipé.

2) Présence d’outils « concurrents » à la base de données officielle

Si la présence de tableurs bureautiques ou de fiches saisies sur un système de gestion de base de données documentaires est avérée, il faut déterminer :

- la raison et l’origine de l’existence de ces outils parallèles,

- le volume et le type des collections concernées,

- l’opportunité et la possibilité de réintégrer ces données dans la base de données du musée.

 

3) Nombre d’utilisateurs réels / potentiels

Ce nombre se répartira selon le périmètre d’intervention de ces utilisateurs : saisie ou simple consultation.

 

4) Fréquence d’utilisation de l’outil et bénéfices apportés par cette utilisation

Cela permettra de mieux envisager, en fonction du type d’utilisateurs, les services rendus par le système et ceux qui pourraient être mieux exploités ou valorisés.

.

5) Analyse qualitative des notices saisies

- quelle est leur cohérence (les notices sont-elles structurées selon un format homogène ?),

- quelle est leur complétude (des informations manquent-elles dans les notices ? Et quelle est leur importance),

- la recherche est-elle pertinente ? (efficacité du recours aux vocabulaires contrôlés).

 

6) Les collections sont-elles en ligne ?

- Proportion des notices mises en ligne par rapport aux notices saisies (Des notices validées pourraient-elles être publiées ?)

- Régularité des mises en ligne,

- Possibilité de mise à jour.

 

Repost 0
Published by Bureau de la diffusion numérique des collections
commenter cet article
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 11:54
Mettre en ligne, c’est publier !

A l’heure où les outils de gestion de collections permettent de mettre en œuvre de véritables systèmes d’information au sein du musée, un réel coup d’accélérateur peut être donné à la publication scientifique des collections grêce à la mise en ligne de notices illustrées et de contenus éditoriaux.

Depuis plusieurs décennies désormais, publier sur support papier le catalogue sommaire des collections, voire le catalogue raisonné, ne correspond plus à un modèle économique viable.

La diffusion en ligne des notices, en prenant le relais de ces ouvrages, assure un bien meilleur service au public, et notamment :
- élargissement du lectorat,
- accès à distance,
- meilleurs visuels,
- souplesse de la navigation,
- évolutivité des contenus,
- partage collaboratif,
- impression, téléchargement et réutilisation des données.

 

Si la vigilance et une stratégie d’établissement s’imposent afin de garantir au mieux le référencement et la pérennité de l’accès à ces données de confiance, la production des informations scientifiques au coeur de la base documentaire du système informatisé de gestion – au plus près des collections – est un gage réel de fiabilité et de diffusion de l’information sur le long terme.

Repost 0
Published by Bureau de la diffusion numérique des collections
commenter cet article
27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 15:12

Les vocabulaires scientifiques de Joconde viennent d'être actualisés.

Ces vocabulaires sont constitués de listes d'autorité fermées (comme celle des termes relatifs au statut juridique des objets) et de nombreuses listes ouvertes (auteurs, noms de lieux géographiques...)  Ces dernières s'enrichissent au fil des versements de notices, ces nouveaux mots clés reflétant la diversité des collections.

Sur la base Joconde, ces vocabulaires sont actualisés en temps réel, à chaque chargement de nouvelles notices. Cela permet à ces dernières d'être retrouvées grâce à ces nouveaux critères d'interrogation insérés dans les listes cliquables ou les index liés au formulaire de recherche avancée.

 

Mais nous les publions également dans leur intégralité sous forme de fichiers téléchargeables et réutilisables par tous, musées et prestataires.

Repost 0
Published by Bureau de la diffusion numérique des collections
commenter cet article
3 novembre 2015 2 03 /11 /novembre /2015 11:06
Digital Montagny, une édition critique mise en ligne par l’INHA

L’Institut national d’histoire de l’art a récemment publié en ligne le Recueil d’Antiquités d’Élie-Honoré Montagny (1782 - 1864), réalisé en étroite collaboration avec le Getty Research Institute. Ce site constitue l’édition critique numérique d’un album rare de 426 dessins dans lequel ce peintre français élève de David reproduit et documente des monuments antiques conservés à Naples et à Rome au début du XIXe siècle. Les fonctionnalités du site, conçues selon les caractéristiques de l’ouvrage, permettent une interrogation approfondie des dessins, contextualisés par une série de courts essais.

Le mardi 27 octobre dernier, les responsables du projet, Martine Denoyelle, Delphine Burlot, Gautier Auburtin et Antoine Courtin ont présenté ce nouveau service rendu à la recherche spécialisée et au public.

Le site facilite la consultation détaillée des dessins de l’album et démultiplie l’accès au document original. L’utilisateur peut tout à la fois analyser les dessins et se délecter de ces derniers, notamment grâce aux performances du zoom. Il faut préciser que l’album numérisé est déjà accessible dans la bibliothèque numérique du Getty Institute.

L’édition critique proposée par l’INHA s’inscrit également dans une diffusion sans frontières de contenus savants. Les « essais », rédigés par des spécialistes, permettent à l’internaute d’en savoir plus sur ce corpus et le contexte de sa composition dans le cadre de la pratique artistique du XIXe siècle.

Le travail de recherche, entamé en 2010, s’est notamment concentré sur l’identification des modèles copiés (actuellement, 60 % ont été identifiés), comme des ouvrages dont sont tirées les gravures ayant servi de modèles aux dessins.

La complexité des niveaux d’information de l’album physique est respectée à l’écran grâce à la dissociation faite, dans la notice, entre les informations sur le dessin et les informations qu’il représente.

En outre, ce site tire profit de plusieurs aspects innovants de la publication scientifique en ligne :

- nativement rédigé en langue anglaise, le site est partiellement traduit en français, dont notamment les vocabulaires contrôlés qui décrivent les images ou leur analyse,

- les notices sont liées à des sources complémentaires, comme la base Arachne ou différents catalogues de musées en ligne,

- les filtres à facettes permettent d’affiner la recherche et la navigation en indiquant le nombre de notices correspondantes,

- une adresse persistante a été mise en place pour chaque notice,

- un index permet de consulter les notices selon le lieu de conservation actuel de l’objet représenté,

- la contribution est ouverte sur la connaissance de ce fonds ; la modération des commentaires par l’éditeur scientifique est prévue et le nom des contributeurs sera mentionné dans les crédits,

- les données sont ouvertes et leur réutilisation encouragée par l’emploi de la licence CC BY-SA 4.0 (les notices sont téléchargeables au format CSV, XLS ou XML et les images provenant du Getty sont dans le domaine public).

Il faut noter que, pour l’INHA, ce nouveau site est un premier pas dans la conception d’outils directs de production, individuels ou collectifs, adaptés aux besoins des historiens d’art, qu’ils soient universitaires ou conservateurs. C’est également un terrain d'expérimentation pour la démarche engagée autour d'AGORHA (Accès Global et Organisé aux Ressources en Histoire de l'Art). Pour en savoir plus, n’hésitez pas à écouter l’intervention conjointe d’Antoinette Lenormand-Romain et Antoine Courtin, lors de la journée professionnelle « Les musées de France face aux nouveaux enjeux du numérique » le 22 septembre dernier.

Repost 0
Published by Bureau de la diffusion numérique des collections
commenter cet article
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 14:23
Mise en ligne des interventions de la journée professionnelle  " Les musées de France face aux nouveaux enjeux du numérique", Paris, 22/09/2015

Nous annoncions récemment la mise en ligne des interventions et des supports de présentation de la journée professionnelle "Les musées de France face aux nouveaux enjeux du numérique".

Ces contenus viennent d'être publiés, il y a quelques minutes, dans l'espace professionnel du site Joconde.

http://www.culture.gouv.fr/documentation/joconde/fr/partenaires/AIDEMUSEES/journee_BDNC_2015/journee-pres.htm

Bonne consultation !

Repost 0
Published by Bureau de la diffusion numérique des collections
commenter cet article
16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 15:35
Les images d’art de la Réunion des musées nationaux-Grand Palais, version grand public

La RMN – Grand Palais a lancé mercredi dernier le site Images d’art. Il s’agit d’une interface de valorisation du fonds photographique de l’agence, à destination du grand public. Dès la page d’accueil, l’internaute est invité à découvrir, collectionner et partager les œuvres des musées français. Analysons les particularités de cette nouvelle offre dans le paysage numérique patrimonial.

Merci à Isabelle Reusa, responsable du projet, qui nous a apporté plusieurs précisions.

Le site collationne les bonnes pratiques expérimentées dans d’autres contextes :

- interface de découverte via des murs d’images semi-aléatoires,

- interconnexion sémantique des données pour accéder à des ressources liées issues de wikipédia, ou des sites des musées eux-mêmes. Des liens avec Joconde sont prévus,

- suggestion d’élargissement des corpus à découvrir,

- partage d’albums et rebonds vers les réseaux sociaux.

 

La réutilisation et le partage des images, accompagnées de leurs métadonnées, est encouragée, « explicitée » pour reprendre les termes de la responsable du projet Isabelle Reusa, dans un but pédagogique et culturel.

La qualité des images est la même que celle que propose le catalogue en ligne de l’agence photographique de la RMN-Grand Palais.

A noter qu’un accord spécifique avec l’ADAGP rend accessibles légalement 40.000 œuvres de la deuxième moitié du 20e siècle pour des usages privés et pédagogiques. Les conditions générales d’utilisation précisent néanmoins que « l’utilisation des œuvres non tombées dans le domaine public, des personnes ou biens représentés sur les Images nécessite l’autorisation préalable des ayants droit que l’Utilisateur devra se charger d’obtenir (exemple : œuvres du répertoire ADAGP)". »

Avec ce nouveau site, la Réunion des musées nationaux – Grand Palais officialise donc une certaine partition de son offre et de l’usage de son fonds photographique : le site Images d’art pour le grand public, le site de l’agence photographique pour les professionnels, avec la recherche documentaire et l’achat de clichés en haute définition.

 

Mais la réalité est – et c’est tant mieux – plus nuancée.

- le bouton « Intégrer à votre site », présent sous chaque image, permet de récupérer les lignes de code html à coller dans la page source de son site Internet. L’image s’affiche avec sa légende et les boutons d’Images d’art. Nous l’avons testé avec succès !

- le site propose aux développeurs une API (de type REST au format Json), ouverte à tout usage sauf commercial, sur demande d’accès et sur description du projet d’application réutilisant les données (http://api.images-art.fr),

- un module en « marque blanche », pour les musées dont le site Internet a été développé avec la technologie Drupal, sera bientôt disponible sur demande. L’objectif est « de donner un accès direct depuis le site Internet du musée à ses collections présentes sur Images d’art en gardant à la fois l’habillage graphique du site du musée et toutes les fonctionnalités de découverte, collection, et partage d’Images d’art » (extrait du dossier de presse). Voir d'ores et déjà par exemple la découverte par l’image des sites du musée national des châteaux de Malmaison et Bois-Préau et celle du musée d'archéologie nationale à Saint-Germain-en-Laye.

Ces propositions d’appropriation devraient à coup sûr intéresser les administrateurs des sites Internet des musées. Fruit d’un projet en cours, le site est ouvert à l’échange. Le formulaire de contact y invite, ainsi que la FAQ (http://art.rmngp.fr/fr/faq) et un blog http://art.rmngp.fr/fr/le-blog prochainement actualisé.

Repost 0
Published by Bureau de la diffusion numérique des collections
commenter cet article
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 12:55
Le bureau de la diffusion numérique des collections au service des musées de Nouvelle-Calédonie

A l’incitation du gouvernement de Nouvelle-Calédonie, Sophie Daënens et Laurent Manœuvre, du bureau de la diffusion numérique des collections (service des musées de France), animent actuellement une formation de 5 jours, à Nouméa.

Cette formation sur l’informatisation et la numérisation des collections patrimoniales de l’archipel est destinée à vingt-deux représentants de musées et d’institutions de Nouvelle-Calédonie : le Musée de Nouvelle-Calédonie, l’ADCK – Centre culturel Tdjibaou, le Musée de la ville de Nouméa, le Musée maritime, le Musée de Tiébaghi, le Musée du bagne, l’Ecomusée du café de Voh, l’Institut d’archéologie de Nouvelle-Calédonie et du Pacifique et la Mairie de Nouméa.

Cet événement s'inscrit dans une démarche de longue haleine. Depuis 2012, le bureau de la diffusion numérique assure une véritable offre de formation, avec le constant appui du département de la formation scientifique et technique de la Direction générale des Patrimoines.

Nos deux services ont eu pour 2015 – 2016 le souhait de porter ces formations au plus près des musées dans plusieurs régions.

Ainsi, une formation nationale, ouverte à tous les musées nationaux ou territoriaux aura lieu au Havre, du 6 au 8 juin 2016. Cette formation condensera le cycle des trois formations (« Informatiser les collections d’un musée de France : un enjeu pour l’établissement », « Participer à Joconde » et « Diffuser les collections d’un musée sur Internet ») ayant habituellement lieu à Paris.

Dès la fin 2015 et durant toute l’année 2016, notre équipe se déplacera pour des formations sur mesure, à la demande des conseillers musées de différentes directions régionales des affaires culturelles. Des contacts ont déjà été pris en Limousin, Languedoc-Roussillon, Pays-de-Loire, Centre-Val-de-Loire, Auvergne et Lorraine.

 

Et bien sûr, nous restons à la disposition de tous les musées de France pour des missions ciblées sur site, par téléphone et messagerie, pour des actions de conseil et expertise tout au long des projets d’informatisation, numérisation et mise en ligne des collections patrimoniales.

 

Repost 0
Published by Bureau de la diffusion numérique des collections
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Joconde - Portail des collections des musées de France
  • Le blog de Joconde - Portail des collections des musées de France
  • : Actualité de Joconde, portail des collections des musées de France. Catalogue de 500.000 notices d'objets, valorisées par des visites guidées (partenariat entre le bureau de la diffusion numérique des collections du service des musées de France et les musées participants). Espace professionnel : fiches-conseils consacrées à l'informatisation et à la numérisation des collections. Musées en ligne : sélection des ressources numériques muséales du monde entier.
  • Contact

Recherche