Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 juin 2021 2 08 /06 /juin /2021 10:10

La crise sanitaire de la Covid-19 a eu un impact fort sur les institutions muséales : fermetures d’établissements, mise en place de procédures sanitaires rigoureuses, annulation ou report d’expositions. Pour être moins immédiatement visibles, les conséquences sur les centres de documentation n’en sont pas moins sensibles. Le réseau Must initie un cycle de webinaires pour échanger entre professionnels sur ces problématiques.

Visuel : Espaces MAC VAL ® Ph. Lebruman 2019

Une place nouvelle pour la documentation ?

Dans beaucoup de musées, les professionnels de l’information et de la documentation travaillent autant pour les médiateurs que pour les conservateurs. En période de confinement, des expositions virtuelles ont été développées, mais celles-ci ont souvent été conçues comme des produits finis, sans offre de médiation associée. Quelle place la documentation a-t-elle pris dans cette évolution des processus ?

 

Quel accueil du public ?

Les centres de documentation sont, pour la plupart, ouverts à des publics extérieurs. Quelles solutions ont été mises en place pour garder le contact avec les publics, et ces solutions se sont-elles révélées concluantes ?
 

Des avancées pour les services dématérialisés ?

Enfin, dans quelle mesure cette crise a-t-elle accéléré le processus de mise en œuvre du Code des relations entre le public et l’administration (CRPA) dans les centres de documentation des musées publics, notamment en ce qui concerne la transmission des documents sous forme dématérialisée ? Et, de manière plus générale, quel impact cette crise a-t-elle eu sur les pratiques des professionnels en matière de numérisation des produits et services ?

Le réseau Must a initié un cycle de webinaires pour échanger entre professionnels sur ces problématiques.

Troisième RDV le 17 juin de 14h à 15h30 : Le cas du MAC VAL
Intervenante : Céline Latil – Responsable du centre de documentation
Inscription gratuite (100 places disponibles)

 

Accéder aux webinaires précédents :
webinaire n° 1 : Le cas du musée d’Art de Nantes
Mikaël Pengam – Responsable de la bibliothèque
Vidéo

 

webinaire n° 2 : Le cas du muséum d’histoire naturelle de Toulouse
Audrey Bonniot – Responsable bibliothèque et documentation
Vidéo

Partager cet article
6 mai 2021 4 06 /05 /mai /2021 09:30

Le Dallas Museum of Art (DMA), le Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM) et le Palais des Beaux-Arts de Lille (PBALille) ont chacun développé, au cours des dernières années, des programmes conçus sur mesure pour les personnes autistes et neurodivergentes.
 

Les trois institutions, toutes membres du réseau FRAME (FRench American Museum Exchange), ont mis en commun leur expertise dans le Guide muséal pour l’accueil des personnes autistes, accessible gratuitement en ligne.

En savoir plus sur le réseau FRAME

Site Internet : https://framemuseums.org/

Partager cet article
3 mai 2021 1 03 /05 /mai /2021 14:45

Les versements des musées de France sur Joconde, le catalogue collectif des collections, ont été particulièrement actifs au cours du mois d'avril qui vient de s'écouler. Ils sont signalés sur le site Musées de culture.gouv.fr.

 

Visuel : BEHAM Hans Sebald, Jupiter et Léda, papier (burin), 1548, Nantes, musée Dobrée (c) Arkênum

Vous retrouverez en un clic les nouvelles notices diffusées sur POP, plateforme ouverte du patrimoine.

Sans oublier les nouveaux musées participant à Joconde.

Partager cet article
30 avril 2021 5 30 /04 /avril /2021 10:55

Le plan de sauvegarde des biens culturels (PSBC) doit permettre le repérage immédiat des biens prioritaires, devant être évacués ou protégés sur place en cas de sinistre. Il indique également les moyens et matériels nécessaires à la prise en charge. Le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) et le Service des musées de France ont conjugué leurs expertises afin de produire des préconisations et des spécifications techniques visant à intégrer cette problématique dans la gestion informatisée pérenne des collections.

Visuel : Bordeaux, musée des beaux-arts : déplacement d'une oeuvre / Cliché mis à disposition par le musée

Des objectifs opérationnels pour sauver les oeuvres

Le PSBC doit :
-    permettre un repérage immédiat des biens identifiés comme prioritaires devant être évacués ou protégés sur place en cas de sinistre
-    indiquer les moyens matériels nécessaires à la prise en charge des biens, tout en assurant leur bonne traçabilité et leur bonne gestion à l’issue de cette prise en charge.

Ce document est réfléchi, réalisé et actualisé en amont de tout sinistre. Il sera communiqué aux services de secours.
 

Critères de décision : l’expertise du C2RMF

Le C2RMF a pu établir une liste d’informations indispensables et de critères de priorisation des biens. Une fois croisées et pondérées, ces données permettent de déterminer si l’objet relève du PSBC puis de déduire le niveau de priorité, le traitement à envisager ou non après sinistre ainsi que le type d’action à engager.

Tout cela est complémentaire de la documentation en ligne sur le site du C2RMF (fiches techniques).

Intégrer sur le long terme la réalisation du PSBC à la gestion informatisée des collections

La saisie et le traitement de ces informations dans la base de données du musée permet d’identifier et de qualifier les biens selon les critères du PSBC.  Le musée bénéficiera ainsi des performances de son outil de gestion de collections, de l’administration et de l'édition des données.

Partager cet article
26 avril 2021 1 26 /04 /avril /2021 09:20

Trois nouvelles ressources professionnelles du site Sécurité Sûreté de culture.gouv.fr exposent les recommandations élémentaires à mettre en œuvre afin d’assurer ou d’accroître la sécurisation des établissements culturels, de leurs abords et des biens à protéger : la sécurisation des accès, la protection mécanique et la détection électronique.

Visuel : Aleksandar Mijatovic

La sécurisation des accès
La sécurisation des accès est l’un des éléments fondamentaux de la sûreté, qui entre dans le cadre de la protection mécanique et électronique. Elle concerne tous les ouvrants et passages (portes, fenêtres, tripodes, sas, grilles…) permettant de limiter ou d’empêcher l’accès des personnes à des espaces, y compris aux toits et aux sous-sols.
La gestion des accès repose sur divers équipements et dépend de leurs modalités d’utilisation : serrures, clés, dispositifs de contrôle automatisé des accès.

La protection mécanique
La protection mécanique, ou physique, est un des éléments fondamentaux de la sûreté avec la protection électronique et humaine.
Elle est constituée d'un ensemble d'obstacles physiques, empêchant ou retardant l'intrusion d’individus ou de véhicules dans un établissement (clôtures, murs, fenêtres, portes, serrures...).
Les bâtiments doivent être considérés dans leur globalité. Ainsi, tous les espaces, y compris les toits et les sous-sols, seront protégés.

La détection électronique
La détection électronique est l’un des éléments fondamentaux de la sûreté. Elle est complémentaire de la protection mécanique et de la surveillance humaine.
Elle a pour but de détecter une présence inopportune, malveillante ou un événement anormal dans les zones, les locaux ou l’environnement des biens culturels à protéger.
Elle est constituée d’une centrale d’alarme et d’appareils de détection implantés de la façon suivante : détection périphérique (aux abords du site), périmétrique (au nu du bâtiment, ouvrants compris), volumétrique (à l’intérieur du bâtiment), et enfin sur les biens culturels ou leurs supports (détection rapprochée des œuvres).

La version intégrale de ces ressources est en ligne sur la page Sûreté et sécurité des musées de France du site Sécurité Sûreté de culture.gouv.fr

Partager cet article
9 avril 2021 5 09 /04 /avril /2021 08:22

Cette nouvelle publication professionnelle, en ligne sur le site thématique Musées de culture.gouv.fr, traite de l’opportunité de repenser la façon de concevoir les musées, les lieux d’expositions, les parcours de visite en mettant le visiteur au cœur de la réflexion.

 

Visuel : Marseille, Médiation dans les salles / Cliché mis à disposition par les musées de Marseille

 

Une priorité pour tous les musées de France
Qu’il s’agisse d’une réhabilitation ou d’une construction neuve, d’un projet total ou partiel, de taille minime ou importante, d’une exposition permanente ou temporaire, d’un musée de site, d’histoire, de techniques, de beaux-arts ou d’art contemporain, le processus visant à mettre en place l’accessibilité universelle – qui constitue une priorité des musées, inscrite dans leur agenda d'accessibilité programmée (Ad'Ap) - reste le même et doit s’adapter à chaque opération.

La mise en place d’une chaîne d’accessibilité
Ainsi, faciliter l’accès à tous d’un lieu d’exposition passe par la mise en place d’une chaîne d’accessibilité, des abords de l’édifice à son cadre bâti, avant de s’étendre des contenus des expositions permanentes et temporaires aux différents dispositifs de médiation proposés aux visiteurs. La technologie et les outils techniques ne se substituent pas à l’accompagnement humain : les équipes de médiation et d’accueil sont tenues précisément de se former à l’accueil et au discours à destination des publics spécifiques : handicap mental, audio description, Alzheimer, langue des signes française, lecture labiale, etc.  Des formations sont dispensées par des organismes et associations médico-sociales, dont certaines sont au demeurant spécialisées dans le champ muséal. De même, l’organisation interne de l’établissement est également un complément incontournable.

 

Informer en amont
Afin que le public puisse préparer ou poursuivre sa visite de l’exposition en toute sérénité, il est indispensable de proposer une information très en amont sous des formats adaptés selon le public destinataire (par des fichiers audio, PDF, vidéos, etc, par le biais d’associations, des sites internet, notamment celui du musée). Cette information doit être disponible avant l’entrée dans l’exposition, à la portée de tous, et concerner l’ensemble de l’offre et de ses caractéristiques. Le public sera ensuite guidé par des dispositifs d’information et de signalisation qui favoriseront le confort d’usage et permettront l’adaptation du parcours à ses désirs et contraintes.

Retrouvez cette nouvelle ressource professionnelle sur le site thématique Musées (version intégrale téléchargeable au bas de la page).

Partager cet article
6 avril 2021 2 06 /04 /avril /2021 09:10

Le site thématique Musées de culture.gouv.fr publie l'actualisation de la ressource professionnelle intitulée : "Les vitrines d'une musée de France : qu'est-ce qu'une vitrine ?".

 

Visuel : Paris, musée Guimet, Vue des salles chinoises, Photo (C) MNAAG, Paris, Dist. RMN-Grand Palais / image musée Guimet

Omniprésente dans les espaces d’exposition des institutions patrimoniales, la vitrine affecte de bien des façons les conditions de conservation et de visibilité des biens culturels qu’elle expose au public. Il est proposé ici une caractérisation de ce mobilier muséographique, scindée en deux axes : les fonctions à remplir et ses aspects, technique ou comportemental vis-à-vis de son environnement.

Les fonctions d’une vitrine
Selon les collections et les locaux où elle sera implantée, la vitrine doit répondre, partiellement ou intégralement, aux besoins afférents à la conservation, la sécurité et la sûreté, la présentation et la gestion des biens culturels. D’après le Code du patrimoine, ses fonctions sont les suivantes :
-    conserver ;
-    protéger ;
-    présenter.
Toutes ces fonctions doivent être considérées conjointement puisque les modalités de leur mise en pratique s’interpénètrent régulièrement.

Les aspects d’une vitrine
La vitrine se compose sommairement des éléments suivants :
-    un volume d’exposition*, avec un ou plusieurs ouvrants ;
-    un ou plusieurs compartiment(s) technique(s)* en partie haute et/ou basse ;
-    une base ou des pieds, en cas de liaison avec le sol ;
-    un ou plusieurs support(s)* de présentation pour les biens culturels.

Elle conjugue en son sein différents aspects complémentaires et indissociables : elle se révèle, en effet, être un objet technique, thermodynamique (lieu propre d’échanges* de matière et d’énergie) et esthétique.

Malgré les fonctions qu’elle doit remplir, imposées par les biens culturels et les professionnels, il n’en demeure pas moins que la vitrine doit être également un objet avant tout fonctionnel.

Retrouvez le texte intégral de cette ressource professionnelle, à télécharger sur le site thématique Musées de culture.gouv.fr.

Partager cet article
1 avril 2021 4 01 /04 /avril /2021 15:04

Les versements des musées de France sur Joconde, le catalogue collectif des collections, se sont poursuivis tout au long du mois du mois de mars 2021. Ils sont signalés sur le site Musées de culture.gouv.fr.

 

Visuel : anonyme, DELHALT (imprimeur, éditeur), Découpage d'abat jour : PAYSAGES. N°. 25 (titre inscrit), entre 1879 et 1882, papier fort, lithographie, colorié au pochoir, Epinal, musée de l'Image © Musée de l'image - Ville d'Épinal / cliché H. Rouyer

Vous retrouverez en un clic les nouvelles notices diffusées sur POP, plateforme ouverte du patrimoine.

Sans oublier les nouveaux musées participant à Joconde.

Partager cet article
24 mars 2021 3 24 /03 /mars /2021 10:57

Le quarante-troisième numéro de la lettre d'information du bureau de la diffusion numérique des collections (Service des musées de France, Direction générale des patrimoines et de l'architecture) est paru sur le mini-site Musées de culture.gouv.fr.

 

Visuel : Lansyer Emmanuel, Galets de la côte d’Audierne, huile sur toile, 1873, Loches, musée Lansyer © Caméra Photo Club du Lochois

De quoi parle-t-on ?
En plus du récapitulatif des versements sur Joconde, le catalogue collectif des collections des musées de France, ce numéro est consacré à l'actualité de la diffusion numérique des collections.

Des brèves sur tous ces sujets

  • Nouvelle extraction des données de Joconde sur data.gouv.fr
  • L’ouverture des images dans les musées
  • Dispositifs d’aide à la numérisation et à la mise en ligne des collections
  • Un partenariat fructueux entre le portail de la région Centre-Val-de-Loire et la base Joconde
  • La base Joconde valorise la multi-diffusion
  • Impact de la crise sanitaire sur les centres de documentation de musées : appel à communications

N'hésitez pas à vous abonner pour recevoir le prochain numéro sur votre messagerie.

Partager cet article
2 mars 2021 2 02 /03 /mars /2021 08:15

Les versements des musées de France sur Joconde, le catalogue collectif des collections, se sont poursuivis tout au long du mois du mois de février 2021. Ils sont signalés sur le site Musées de culture.gouv.fr.

 

Visuel : Affiche Renault Y.L.1933, papier, impression photomécanique, 1933, Chartres, conservatoire du machinisme et des pratiques agricoles © F. Lauginie – Le Compa – 2013

Vous retrouverez en un clic les nouvelles notices diffusées sur POP, plateforme ouverte du patrimoine.

Sans oublier les nouveaux musées participant à Joconde.

Partager cet article

Présentation

  • : Blog Joconde : musées, collections, numérique, documentation
  • : Blog Joconde (service des musées de France, ministère de la culture). Catalogue collectif des collections des musées de France. Ressources sur la documentation, l'informatisation et la numérisation des collections des musées de France.
  • Contact

Recherche

Liens